Roncq : Le théâtre « La virgule » revisite les chansons de Brel : du grand art
Logo Ville de Roncq
Urgences Médicales Version Malvoyant
Rechercher sur le site de Roncq Separateur Login
24 Janvier
Le théâtre « La virgule » revisite les chansons de Brel : du grand art
Imprimer
Le théâtre « La virgule » revisite les chansons de Brel : du grand art
Le 23 janvier en soirée, au cinéma Gérard-Philipe rempli pour l’occasion, le public a assisté à une lecture imaginée et composée par Jean-Marc Chotteau, avec Carole Le Sone et Éric Leblanc. Cette représentation intimiste à deux voix, à la fois enlevée et ciselée, a fait revivre les textes des chansons de Brel, sous un éclairage nouveau grâce aux interviews et à la biographie écrite par sa fille, France Brel. Avec l’ambition de faire entendre notre langue française dans sa capacité à être à la fois une langue poétique et populaire. Proposé en avant-première à Roncq et pour la 1ère fois en France, ce spectacle magnifiquement interprété a plus que jamais valorisé et réincarné les textes du chanteur iconique. Transporté, le public a vu « rejaillir le feu ».
C’est à un tour de force auquel les inconditionnels(les) des chansons de Brel ont eu droit : le réentendre à travers des textes non chantés mais joués, pour en faire ressentir les grandes qualités littéraires et dramatiques et en faire partager les émotions, les sourires et les audaces. Revisiter ainsi les textes écrits de Brel, c’est partager leur force tantôt dramatique, tantôt comique, c’est redécouvrir le chanteur amoureux de la langue, des textes, des histoires, des gens.
Car il y a du théâtre dans le répertoire du chanteur. « Non Jef t’es pas tout seul ! », « T’as voulu voir Vierzon et on a vu Vierzon ! », « Au 1er temps de la valse », « Les flamandes, ce n’est pas mollissant », « Je ferai un domaine où l’amour sera roi », « Mon merveilleux amour de l’aube claire jusqu’à la fin du jour », « Ce soir, j’attends Madeleine, j’ai apporté du lilas »… prennent une résonnance nouvelle dans la bouche et le jeu des comédiens Eric Leblanc et Carole Le Son. L’universalité et la modernité des chansons de Brel tiennent à la simplicité de la langue employée, empreinte d’humanité et de poésie. « Celui qu’on appelait Jacky » a su partager un peu d’éternité qu’ont restitué à leur manière les comédiens du théâtre « La Virgule ». Un débat a été organisé à la suite de la représentation. (Photos Thierry Thorel)
DERNIERS ARTICLES
Logo Ville de Roncq
Les flux RSS RONCQ.FR
RSS Actualités : Ville / Culture / Sport / Cinéma / Economie
NOUS CONTACTER MARCHES PUBLICS RONCQ SUR VOTRE SMARTPHONE RONCQ ACTU RONCQ ACTU sur Apple RONCQ ACTU sur Android
La Ville de RONCQ sur Youtube La Ville de RONCQ sur Facebook
SUIVEZ-NOUS !
© Mairie de Roncq - 18, rue du docteur Galissot CS 30120 59436 RONCQ Cedex Tél. 03 20 25 64 25 - Fax 03 20 25 64 00